René vous raconte : Une sortie VTT mouvementée

Ce vendredi matin 25 janvier, nous sommes quatre au rendez-vous de la place du à Fontainebleau.

Alain C, Bernard B, Jérome D et moi, n'avons pas hésité à affronter le temps tristounet de ce début de matinée. Nous voilà prêts à partir pour une nouvelle aventure, qui, nous ne le savons pas encore, va se transformer, un peu plus tard en mésaventure.

 

Pour l'instant tout va bien...  ( lire la suite en cliquant sur le titre)

.

Nous traversons Fontainebleau en direction du Carrefour du mont d'Ussy puis roulons vers la Gare d' Avon. Le pont de Valvins passé, direction Samois par le quai des Platreries. Il y a encore de la neige en sous-bois, cette dernière n'est pas trop collante, mais, le dégel imbibe sérieusement le sol, le rendant assez glissant. Nous montures chassent régulièrement, mais,

 

Pour l'instant tout va bien...

 

Nous roulons maintenant en direction de Fontaine le Port en empruntant la Promenade de Samois où, nous avons le plaisir de croiser André Deguelle accompagné de Michel Jalenques. Ils nous apprennent, que Philippe Debien n'est pas avec eux, car il est...à la gym...infatigable ces anciens pour ne pas dire increvables.

 

Nous traversons le pont qui enjambe la Seine et prenons immédiatement à gauche avant la voie de chemin de fer.

Cette semaine, en visionnant sur Openrunner ce parcours effectué vendredi dernier, j'ai repéré ce qui me semble être un chemin appelé le sentier de Barbeau.

 

Pour l'instant tout va bien..

 

Définition du mot sentier. Chemin étroit destiné aux personnes et aux bêtes, généralement non rectiligne

Définition du mot chemin: Voie aménagée pour servir de passage d’un lieu à un autre, notamment en milieu rural

 

La différence va prendre tout son sens au bout de la rue des cascades.

La mésaventure peut commencer, mais

 

 Pour l'instant tout va bien.

 

Ce sentier de Barbeau que nous allons prendre, je vais vous le décrire. Large de moins d'un mètre, il est très souvent en dévers. D'un côté, il y a, un à pic de 10 m surplombant la voie ferrée.

De l'autre côté, un grillage, un mur ou une palissade, entourant des maisons particulières ayant une très belle vue sur la Seine. Impossible de faire demi-tour, le sol est très, très glissant et, la moindre faute de trajectoire sera sanctionnée par une chute assurée.

Les crampons de nos pneus ont disparu sous la boue. C'est un travail d'équilibriste qui nous attend. La vue sur la Seine, on s'en fiche un peu, concentrés sur la tenue de route qui nous oblige vraiment à ne pas faire les marioles.

Pour l'instant tout va bien, mais cela ne dure pas. Le sentier est de plus en plus étroit et m’oblige à serrer à droite pour éviter la chute. Patatras, mon guidon accroche le grillage, me déséquilibre et là, c'est le drame, je bascule du côté de la voie de chemin de fer.

Mon postérieur et un amas de ronces vont donc faire connaissance. Le premier va en garder des souvenirs sous forme de griffures, l'autre pas. Ingrate !

 

Me voilà cul par-dessus tête, avec mon Vtt qui m'a suivi dans ma chute. Impossible de me sortir de ce piège naturel, les ronces me retiennent prisonnier.

 

Elles s’accrochent à mes vêtements les bougresses.

 

Malgré cette position bien inconfortable, je me dis que j'ai eu plutôt de la chance car, si j'avais chuté quelques mètres plus loin, ce n'est pas la chaine qui borde parfois le sentier qui aurait arrêté ma dégringolade.

Alain et Jérome qui se boyautent grave, viennent me délivrer. Sans eux, j’y serais peut-être encore.

Nous finirons par venir à bout, de ce terrible sentier, et le reste de notre sortie se passera sans problèmes.

Je tiens vraiment à remercier Alain, Bernard et Jérome qui ne m'ont pas une seule fois reproché de les avoir emmenés dans cette galère.

 

Tels les grognards napoléoniens nous pourrons dire....Le sentier de Barbeau...on l'a fait.

                                                                                                                                          René Trottin 25/01//2019

Soyez rassuré c'est  pas notre Président sur la photo, parce qu'il n'a jamais eu de chaussures bleues....

Commentaires   

0 #1 Combaz Raymond 26-01-2019 08:05
Dommage j'étais pas là pour le reportage photo....
+1 #2 Eric Balivet 26-01-2019 12:47
J espère que René à remercier les ronces sinon il aurait rejoint la voie ferrée. Donc la mésaventure se termine bien et c est le principal.
+1 #3 Bernard Boiché 26-01-2019 17:00
J'étais devant les trois lascars, sur ce chemin pourri et moi aussi je suis tombé sur un passage complètement en dévers, j'ai eu beaucoup de mal à me relever, car la terre étais très meuble et je glissais vers la voie ferrée. Finalement, je m'en suis sorti. je ne savais pas si mes camarades suivaient ou s'ils avaient renoncés en faisant demi tour . Enfin nous nous en sommes tous, bien tiré et René nous a offert le café, alors nous ne lui ferons pas de reproche .
+1 #4 Dudebout Marion 26-01-2019 17:56
Olala quelle aventure !
J'espère que vous vous êtes bien remis quand même :o
Quelle idée de faire du VTT !
+1 #5 Lionnet Claude 26-01-2019 18:46
je connais ce "chemin" pour l'avoir emprunté mais à pied par temps sec et déjà bonne galère parmi les ronces et autres obstacles donc j'imagine dans c'est conditions mais une photo m'aurait parmi de mieux me rendre compte
+1 #6 Demougeot Olivier 26-01-2019 20:11
Quel récit !
Plus de peur que de mal.
RDV à la galette.
Olivier
+1 #7 Combe Michel 26-01-2019 22:43
Je connais bien ce chemin sur lequel j’ai eu des frayeurs lors d’une randonnée. René je pensais que ce type d’incident Ne pouvais pas t’arriver à toi mon héros

Il est nécessaire que vous soyez un adhérent pour poster un commentaire.